Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

C’est un but de promenade à lui tout seul, et il faut savoir prendre tout son temps.

Le café des épices est situé au cœur des souks, près de la criée aux tapis, place Rahba Kedima.


Imaginez-vous :


C’est une matinée un peu froide de février, vers 10h30, mais le soleil vous réchauffe le visage. Tout à l’heure, vous retirerez ce pull que vous avez pris, sans conviction, au cas où…

 

La terrasse est sans doute déjà pleine, même si, à cette époque de l’année, il y a beaucoup moins de touristes.


Vous grimpez, par le raide escalier, vous installer au premier étage près d’une fenêtre.
Votre regard peut ainsi plonger sur la place et y observer le spectacle incessant:


Des hommes sortent de la criée aux tapis chargés de ballots pesants.
Les marchandes de vanneries persuadent vite le passant qu’il ne saurait plus longtemps se passer d’un modèle de panier, rehaussé de cuir, agrémenté sur le fond, comble de l’ingéniosité, de clous de cuivre, afin de ne pas se salir trop vite lors des courses.
Les marchandes de chapeaux et de bonnets aux couleurs vives (certains ont même des tresses de laines style " rasta" intégrées ! ) guettent les têtes nues.


D’autres essaient de trouver la malheureuse touriste qui se fera faire des tatouages de mauvais henné, assise sur un petit tabouret.
Cette touriste, elle ignore que ce qu’on lui fera n’aura pas la beauté, la pureté, la délicatesse de dentelles des dessins compliqués traditionnels. Ceux que l’on se fait faire durant des heures, appuyée sur des coussins, en buvant du thé, en mangeant des gâteaux, en bavardant sur tout : la vie, les enfants, les hommes, les fêtes passées et celles à venir, les derniers modèles de caftans…

 

Tout autour de la place on aperçoit les petites échoppes d’épices, les boutiques plus grandes avec leurs bocaux multicolores, les animaux vivants ou empaillés, les ingrédients divers et mystérieux , pierre d'alun, savon noir, que l’on n’a jamais le temps de bien regarder parce que le marchand veut absolument vous vendre du cumin ou du gingembre…ou son mélange de Ras el Hanout.

 

Si vous avez de bons yeux, vous apercevrez même les deux marchands de poisson, au coin de la place, promesse de votre friture de sardines, lorsque vous rentrerez chez vous à midi.

 

Mais en attendant, vous avez commandé, parmi une trentaine de thés, cafés, tisanes, jus de fruits, ce thé âpre, aux épices que vous avez appris à aimer. Posé sur la petite table écarlate, devant vous, il reste brûlant très longtemps, le verre et la théière baignés de soleil.

 


Et ça, aussi, c’est un pur moment de bonheur.

 

Partager cette page

Repost 0
Published by